homepage

Saïd Gharbi

said.gharbi1020@gmail.com

Langue:

Ana Stegnar →

    regarder_video

Né à Tanger au Maroc, Saïd s’installe en Belgique avec sa famille à la fin des années ’60. Devenu aveugle à  l’âge de 14 ans, Saïd rencontre Wim Vandekeybus/Ultima Vez  en 1992 alors qu’il étudie à la Ligue Braille. Ce dernier est à la recherche d’acteurs/danseurs non-voyants pour l’une de ses productions. Après de nombreuses collaborations avec Vandekeybus, il  fonde Les BGM, compagnie de danse de Bruxelles,  en 2001 . Saïd collabore dans d’autres compagnies belges et étrangères  où il joue et danse dans des productions.

Depuis 1993,  Saïd  sillonne l’Europe en jouant dans des productions internationales.

Saïd a participé à plusieurs spectacles du chorégraphe belge Wim Vandekeybus de la compagnie Ultima Vez entre 1993 et 2001. Lors de son passage à Paris, au Théâtre de la Ville, la presse a été unanime pour reconnaître l’immense présence Her body doesn’t fit her soul. « Dans cet univers où tout est violence, Saïd Gharbi apporte la douceur et la fluidité du geste. C’est lui, le non-voyant, qui éclaire le spectacle, le poétise, le guide, impulsant le rythme par des mouvements qui lui sont propres ». « La force de ce spectacle, confie Wim Vandekeybus, tient au mystère, à l’insaisissable. En fait, Saïd est le point central à partir duquel partent toutes les lignes. Je suis fasciné par son aura. II a l’intensité de ceux qui doivent s’habituer à vivre sans la sécurité qu’apporte le facteur visuel».

Fondateur des BGM, où Ana Stegnar, danseuse et chorégraphe, le rejoint,  ils ont crée plusieurs spectacles sur la cécité dont  ‘Shining Sound of Dance’ (2010) « une traversée de représentations poétiques et ponctuée par la parole, la performance ne cesse de questionner notre rapport aux apparences. Dans un monde où, à force de vouloir faire la lumière sur tout, on finit par ne plus rien distinguer, Shining Sound of Dance nous aveugle, nous désoriente, nous bouscule dans nos certitudes » ou encore  ‘Clair Obscur’ (2014)  un solo pour Saïd Gharbi, appelle à rentrer dans l’univers d’un non-voyant en expérimentant l’espace au travers des bruits qui nous entourent. Une performance esthétique et sensorielle où les yeux cèdent la place aux oreilles.

Saïd Gharbi a été associé plus récemment avec Delphine Demont, danseuse et directrice artistique de la compagnie Acajou, à la création du spectacle Clairières où « se constitue entre deux danseurs dont l’un est aveugle un espace d’écoute, ils jouent avec les risques de désorientation et bousculent nos repères ».

Dans son parcours pédagogique il faut mentionner le projet Down the Barriers en Tunisie, une formation pour 10 enfants, dont 5 déficients visuels. Cette formation a eu lieu pendant le mois de novembre 2013 et a abouti à la création d’une pièce théâtrale.

Saïd voyage aussi à Madagascar pour donné un atelier de danse dans le cadre de  l’ « Atelier de Transmission Pédagogique et d’Echange Artistique » initié par la compagnie Lovatiana depuis 2011 à Antananarivo.

Acteur/comédien: